Groupe Franco-Allemand de NRW - Deutsche Französische Gruppe in NRW

Groupe Franco-Allemand de NRW - Deutsche Französische Gruppe in NRW

Posts 1-1 of 1
  • Jerome Lecot
    Jerome Lecot    Premium Member   Group moderator
    The company name is only visible to registered members.
    Bonjour, Guten Tag !

    Wir veranstallten regelmässige Treffen in Köln, Bonn, Düsseldorf und Aachen. Die Treffen werden via Newsletter angekündigt.

    Nos rencontres à Cologne, Bonn, Düsseldorf et Aix la Chapelle sont anoncées par Newsletter. Voici un petit résumé du déroulement:

    http://www.lepetitjournal.com/content/view/34870/2483/

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Une fois par mois depuis 2006, des Français et Allemands se retrouvent dans des bars-restaurants à Cologne, Düsseldorf, Bonn et Aix-la-Chapelle. Environ 50 personnes discutent, autour d’un verre, histoire de faire de nouvelles connaissances, de nouveaux contacts professionnels ou pourquoi pas rencontrer l’amour

    En créant un groupe sur Xing en 2007, personne ne s’imaginait réunir autant de personne à chaque rencontre (photo. Nicolas Ropert)


    "On parle en français ou en allemand, là ?" C’est la phrase qui revient le plus souvent dans cette soirée. La raison en est toute simple : la plupart des participants maîtrisent les deux langues. Alors parfois on commence en allemand et il arrive de poursuivre en français. Ce soir, la rencontre a lieu à l’Aristokrassie, un bar tenu par une Française de Cologne. Des Français expatriés en Allemagne discutent avec des Allemands amoureux de la France.
    Eva, une jeune femme de 24 ans, a fait le voyage de Düsseldorf. Elle travaille, c’est un hasard assure-t-elle, pour une grande multinationale française mais son compagnon, lui, est Français et cherche du travail dans la région. Des histoires franco-allemandes comme celle-ci, il y en a des dizaines lors de ces soirées. La principale motivation d’Eva : "Je suis bien installée dans mon travail alors je ne suis pas venue ici pour trouver quelque chose d’autre", avance-t-elle dans un français quasi parfait. "J’avais surtout envie de voir comment cela se passait et de faire des rencontres pour le plaisir." Et la voilà repartie vers un autre groupe de personnes avec qui elle n’avait pas encore discuté.

    Ambiances différentes entre Cologne, plus détendu, et Düsseldorf, où l’on parle un peu plus affaires (photo. Nicolas Ropert)

    Des gens d’âges et de professions différentes
    Un peu plus loin, Michèle disserte sur les différences entre le système scolaire de l’Hexagone et celui outre-Rhin. Normal, elle est Française, professeur dans un lycée de Brühl, en banlieue de Cologne. C’est la première fois qu’elle met le pied dans l’une de ces rencontres. Elle a quitté la France depuis près de trente ans et parfois son pays natal lui manque : "Une amie m’avait parlé de rendez-vous entre Français et Allemands. Alors pour être tenue informée, je me suis inscrite sur Xing et j’ai reçu l’invitation pour ce soir."
    Xing, c’est ce site communautaire qui relie les professionnels. En ouvrant, en octobre 2005, un club franco-allemand sur la plateforme, Jérôme Lecot ne pensait pas que cela prendrait une telle ampleur. "Aujourd’hui, il y a des clubs en Rhénanie, à Berlin et à Munich, confie le recruteur de profession. Au total, 20 000 personnes sont inscrites. Et on ne voulait pas que cela reste du virtuel alors on a décidé d’organiser de vraies rencontres." C’est comme cela qu’en avril 2006, pour la première fois, un rassemblement est organisé sur Cologne à l’Institut français.

    Refaire le monde ou laisser sa carte de visite
    Depuis, chaque mois, entre 20 et 60 personnes se retrouvent dans des bars ou des restaurants de Rhénanie. "Au niveau nationalité, c’est environ moitié Allemands, moitié Français. Il y a cependant encore parfois des difficultés pour que les gens se mélangent", regrette Jérôme Lecot. Il certifie que le but premier n’est pas de faire passer son CV : "Je pense que 70% des participants viennent pour se détendre. C’est assez peu formel même si des embauches se sont déjà faites par cet intermédiaire. Par contre, je ne suis pas au courant de mariage entre membres du club." Alors pourquoi pas en 2009 ?
    Nicolas ROPERT (http://www.lepetitjournal.com/rhenanie.html) mercredi 7 janvier 2009
 
Sign up for free: